Sortie le 9 avril 2021

1. Reel à bouche (avec Benoit Benoit, 1957)

2. Le voyage de M. Larade (avec Joseph Larade, 1957)

3. Tenant mon frère (avec Alphonse Morneau, 1946)

4. Je viens là-bas du pâturage (avec la famille Brideau, 1977)

5. Complainte du coureur des bois (avec Benoit Benoit, 1957)

6. Par un dimanche au soir (avec Jeanne Savoie, 1957)

7. Benoit loop Benoit (avec Benoit Benoit, 1957)

8. Le mariage anglais (avec Madeleine Lemieux, 1942)

9. Le jeu du téléphone (avec Azade Benoit, 1958)

10. Dessus la fougère (avec Joseph Larade, 1957)

11. Heather on the hill (avec Alfred Arsenault, 1958)
12. Ami, verse le vin (avec Édouard Sanschagrin, 1946)

13. Veillée sur cordes (avec Harry Poitras, 1955)

Cédric Dind-Lavoie : Recherche des archives, arrangements, piano, contrebasse, harmonium, accordéon, guitare, ukulélé, banjo, autoharpe, Korg MS-20, percussions et bruitages

Marie-Pierre Lecault : Alto, violon et mandoline

 

Louis Morneau : Mixage et matriçage (True mastering studio)

 

Corne de Brume : Production, révision linguistique et graphisme 

 

Sources des archives : Archives de folklore et d'ethnologie de l'Université Laval (AFEUL)

Pour les pistes 2 et 10 : Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson de l'Université Moncton (CEAAC)


Photo de couverture : Joseph Larade au violon , Centre culturel Les Trois Pignon
©℗ Socan 2021, Corne de brume

Archives |
Cédric Dind-Lavoie

Archives est le nouvel album du multi-instrumentiste, compositeur et réalisateur Cédric Dind-Lavoie. Une œuvre forte qui marie le folklore aux musiques ambiantes et introspectives avec une approche résolument moderne et intimiste.


Une série de compositions aux accents oniriques et contemplatifs, qui ont la particularité de faire entendre dans leur forme originale des enregistrements d’archives autour desquels Dind-Lavoie déploie ses arrangements. 

 

Le contrebassiste de formation se réapproprie humblement de vieux trésors retrouvés au fil de recherches passionnées, un florilège de chansons et d’airs instrumentaux des années 40 et 50 tirés des collections des folkloristes Simonne Voyer, Roger Matton et Luc Lacourcière notamment.

 

La voix tantôt affirmée tantôt chétive, mais toujours émouvante des enregistrements des chanteurs Benoit Benoit, Joseph Larade, Jeanne Savoie et autres est comme mieux révélée par les accompagnements tout en finesse de Dind-Lavoie et, par moments, de la talentueuse Marie-Pierre Lecault (La Suite) au violon et à la mandoline. 


La frappe feutrée des marteaux sur les cordes du piano droit, le souffle enveloppant de l’harmonium, la délicate propulsion des arpèges de guitares se posent comme un écrin autour des airs avec une évidence qui surprend. Comme si Cédric Dind-Lavoie avait pu se glisser entre les mailles du temps pour aller à la rencontre de ces voix, de leurs histoires pour les accompagner.

Un havre lumineux qui évoque l’intimité d’une maison.

 

Récipiendaire du prix Aldor création 2021 du Festival Trad de Montréal.
En nomination pour réalisateur de l’année, artiste individuel de l’année et le prix Pushing the boundaries au Canadian Folk Music Awards 2022.

 

-----------------------------


"Ces voix d’un autre siècle, magnifiées par le souffle moderne des musiques du compositeur, sont d’une saisissante beauté. [...] C’est la surprise musicale québécoise de la saison."

Philippe Renaud, journaliste, Le Devoir, 6 avril 2021

 

-----------------------------

 

"Un travail exceptionnel, c'est rare ce qu'a fait Cédric Dind-Lavoie."

Jean-François Côté, chroniqueur culturel à C'est jamais pareil, Radio-Canada Saguenay, 21 avril 2021

 

-----------------------------

 

"... y'a quelque chose qui devient là universel, c'est à dire qu'avec cette distanciation, on a tout à coup l'impression qu'on arrive à un absolu. [...] C'est une splendeur."

Georges Nicholson, chroniqueur culturel à Culture Club, Radio-Canada, 1er mai 2021

 

-----------------------------

 

"Voilà une contribution marquante pour la planète trad en 2021."

Alain Brunet, journaliste, PanM360, mai 2021

 

-----------------------------

 

"Maybe the people who first made this music are lost to history. But their ghosts live on right here. It’s music, but it’s also an act of love and remembrance."

Chris Nickson, Rootsworld magazine, juin 2021